Une société

Université Western Washington

La Dr Alia Khan est la Reine des neiges personnifiée. Elle nous aide à mieux comprendre la neige des glaciers et la glace pour éviter la fonte excessive engendrée par le changement climatique.


Université Western Washington

Étude pionnière des effets des microalgues des neiges

Après avoir passé les 10 dernières années à faire des recherches dans des régions montagneuses et polaires, la Dr Alia Khan est devenue une des plus grandes scientifiques au monde et s’est fixé pour mission de comprendre l’impact du changement climatique sur la glace des glaciers et la neige. Elle souhaite notamment mieux comprendre les particules qui absorbent la lumière, comme les microalgues des neiges, qui peuvent modifier de manière importante l’albédo (blancheur) de la neige et de la glace et leur capacité à réfléchir la lumière du soleil. Sa carrière scientifique l’a amenée à parcourir le monde entier. Elle a ainsi prélevé des échantillons de neige dans la cordillère des Andes au Chili, dans les Alpes néo-zélandaises et dans le National Snow and Ice Data Center de l’université du Colorado, à Boulder, aux États-Unis. Depuis 2011, année où elle a publié son premier article scientifique dans la revue Journal of Applied Microbiology, la Dr Khan a publié 25 articles supplémentaires traitant de la chimie environnementale dans la cryosphère (portions de la surface des mers ou terres émergées où l’eau est présente à l’état solide).

En 2021, elle a rejoint une équipe exclusivement féminine appelée Climate Sentinels. Les 6 scientifiques qui la composent avaient précédemment passé du temps à l’université du Svalbard et prévu de skier ensemble sur plus de 450 km à travers l’archipel gelé pour analyser la neige et les glaciers arctiques afin de collecter des échantillons de la manière la moins invasive possible. Pour des raisons familiales, la Dr Khan n’a pas pu participer à l’expédition. Néanmoins, les échantillons collectés par ses consœurs ont permis de mieux comprendre l’impact du noir de carbone, un grand contributeur au changement climatique issu de la combustion incomplète de carburants fossiles. En raison de sa couleur sombre, il absorbe la lumière du soleil et accélère la fonte des neiges et des glaces, réchauffant ainsi encore le climat.

Il y a peu de temps encore, la Dr Khan était maîtresse de conférences au Department of Environmental Science de l’université Western Washington. Elle continue d’étudier la cryosphère, et en particulier le noir de carbone et les microalgues des neiges.

Hurtigruten Expeditions et l’université Western Washington

Dans le cadre de notre programme de partenariat et collaboration scientifiques, la Dr Alia Khan a rejoint en février 2022 l’équipage du MS Roald Amundsen pour ses expéditions estivales en Antarctique. En collaboration avec l’équipe d’expédition et l’équipage du MS Fram, elle a pu prélever une vingtaine d’échantillons de neige à Brown Station et sur l’île Petermann pour y rechercher des microalgues des neiges (des microalgues qui vivent sur la neige et la glace). Les échantillons ont été fondus et filtrés avant d’être ramenés à l’université Western Washington.

L’étude s’est concentrée sur les pigments des algues retrouvés dans les échantillons, mais une étude secondaire s’est intéressée au carbone organique dissout qu’ils contenaient. Pendant toute la durée de sa présence sur le navire, les passagers étaient tenus informés de la progression de son projet. Ses premières conclusions ont été conservées à bord pour le reste de la saison Antarctique 2022-2023. Nous avons poursuivi notre collaboration avec la Dr Khan et renforcé la collecte d’échantillons sur nos trois navires d’expédition se rendant en Antarctique sur la saison 2022-2023.

Autres articles

q2 exp 2500x764 b2c landingpage 2

Abonnez-vous à notre newsletter

Soyez les premiers informés de nos offres spéciales et nouveaux itinéraires et recevez des articles fascinants sur nos destinations.

Oui, je m’abonne