Une partie de la
Hurtigruten Group

La faune transatlantique

Deuxième plus grand océan de la planète, l’Atlantique offre tout un monde de biodiversité abritant une faune très variée. Pendant votre navigation, ouvrez l’œil pour tenter d’en apercevoir les formes les plus visibles.

Lecture de 3 min


Une forêt flottante

Si vous évoquez la sargasse devant un marin ou un baigneur des Caraïbes, il vous dira sûrement quel fléau constituent ces forêts flottantes aussi bien pour les navires que pour les nageurs. Un biologiste marin, au contraire, pourrait vous expliquer que ces amas d’algues dorées flottant dans les régions tropicales de l’Atlantique représentent des sites d’alimentation et d’éclosion pour les tortues de mer et plus de 100 espèces de poissons.

Dans le ciel au-dessus de la mer

Lors de nos croisières transocéaniques, vous admirerez les nuances bleu saphir des paysages marins et verrez les nombreux animaux qu’ils abritent. Mais n’oubliez pas de lever les yeux ! Le ciel au-dessus de l’Atlantique est peuplé de nombreux oiseaux marins. Nombre d’entre eux, comme la sterne bridée et le noddi brun, se nourrissent exclusivement en mer et ne se posent à terre que brièvement, pour se reproduire.

Quand vous vous rapprochez de l’Équateur, guettez les oiseaux marins tropicaux. Peut-être rencontrerez-vous un fou de Bassan, dont le nom anglais « booby » proviendrait du terme espagnol « bobo », qui signifie « stupide ». La raison en est simple : ce volatile se posait sans crainte sur les navires et représentait une proie facile pour les marins affamés.

Au large de l’Amérique Centrale et du Sud, restez à l’affût des frégates. Reconnaissables à leurs ailes effilées, elles poursuivent les autres oiseaux pour leur voler leur proie. Cette stratégie, appelée « cleptoparasitisme », permet à la frégate de dépenser moins d’énergie lors de sa recherche de nourriture, bien que l’opération demande beaucoup d’agilité. Également appelées oiseaux « man’o’war », les frégates vont jusqu’à harceler les autres oiseaux jusqu’à ce qu’ils régurgitent la nourriture qu’ils ont déjà mangée, afin de la consommer à leur tour.

Là où ciel et mer se rencontrent

Peut-être remarquerez-vous un étrange poisson « voler » au-dessus de l’eau. On dénombre 40 espèces de poissons volants qui semblent effacer la limite entre oiseau et animal marin. Ils représentent une source de nourriture inestimable pour les oiseaux pélagiques affamés qui peuvent récupérer les poissons volants à la surface de l’océan, alors que ces derniers tentent d’échapper aux prédateurs sous-marins.

Le poisson démarre son « envol » sous l’eau, où il gagne de la vitesse avant d’émerger à la surface, en ouvrant ses nageoires pectorales comme des ailes. Il utilise alors le lobe inférieur de sa queue comme propulseur pour jaillir hors de l’eau et se déplacer dans les airs avant de retomber dans une gerbe de gouttelettes scintillantes. L’utilisation de sa queue lui permet de surfer bien plus loin qu’en prenant simplement son élan.

Mammifères marins

Tenez-vous toujours à l’affût des baleines et des dauphins ! Bien qu’ils vivent dans la mer, ce sont bien des mammifères et peut-être en apercevrez-vous un alors qu’il remonte à la surface et souffle un jet d’eau et d’air à travers son évent. Le spectacle des dauphins à long bec qui tournent sur eux-mêmes hors de l’eau ou bien la tête souriante d’un grand dauphin ne manquera pas d’illuminer votre journée.

En plein océan tropical, vous pourriez contempler des tortues de mer sur de grands amas de sargasse ou en voir une remonter à la surface pour respirer. Ces reptiles à carapace retiennent leur souffle pendant plusieurs heures et se nourrissent d’herbes marines, de crabes, de poissons, de mollusques et d’autres animaux marins à plusieurs centaines de mètres sous la surface.

Penguins perched on the ice of Cuverville Island, Antarctica. Credit: Espen Mills / HX Hurtigruten Expeditions

Abonnez-vous à notre newsletter

Soyez les premiers informés de nos offres spéciales et nouveaux itinéraires et recevez des articles fascinants sur nos destinations.

Oui, je m’abonne