Une société

La faune en Afrique de l’Ouest

Among West Africa’s wildlife, you’ll find saltwater hippos, sea turtles, crocodiles, manatees, dolphins, monkeys, endemic bird species and migratory birds.

Lecture de 4 min


Entre promontoires volcaniques et îles tropicales

Situé à 560 kilomètres au large de la côte ouest de l’Afrique, le Cap-Vert est à la confluence de différentes influences environnementales. Si ces 15 îles, dont neuf seulement sont habitées, se trouvent à une latitude tropicale, elles sont également affectées par les vents arides du désert du Sahara. Elles sont en outre rafraîchies par les marées et courants tempérés de la région mi-atlantique. La combinaison de ces facteurs a permis l’évolution d’une biodiversité unique dans l’archipel et les mers alentour.

Les îles Bijagos, au large de la Guinée-Bissau, réunissent plus de 88 îles et îlots, disséminés dans le delta du Rio Geba et le Rio Grande de Buba. S’ils ont beaucoup de points communs avec le continent tropical à l’est, l’habitat caractérisé par l’eau salée et la quasi-absence d’interférences humaines ont créé une biosphère unique où la jungle se fond avec la mer.

Un paradis marin

Les eaux qui baignent le Cap-Vert foisonnent d’une riche biodiversité, grâce à la position et à l’histoire géologique de ces îles. Formées par l’activité volcanique, d’immenses montagnes de coraux s’élèvent des fonds marins, fournissant de rares habitats océaniques à des profondeurs très variées. Des centaines de différentes variétés de poissons ont été recensées dans ces eaux, mais aussi au moins 17 espèces de cétacés.

Levez les yeux

Le Cap-Vert est un véritable paradis pour les passionnés d’ornithologie. Lorsque nous traverserons les eaux de cet archipel, vous aurez l’occasion de repérer un bon nombre des fascinantes espèces d’oiseaux. Il peut s’agir de visiteurs de passage en pleine migration vers des climats lointains, comme des bécasses ou des spatules, ou d’oiseaux présents toute l’année, tels que l’océanite de Castro, localement appelée jaba-jaba.

Des eaux salées isolées

En 1996, l’archipel des Bijagos a été classé réserve de la biosphère de l’UNESCO, et il suffit de naviguer parmi ces îles pour en comprendre la raison. Une faible présence humaine assortie d’un vaste éventail d’écosystèmes variés, tels que les mangroves ou la savane côtière, a donné naissance à un habitat fragile, mais riche, juste au large de la côte de l’Afrique de l’Ouest.

Ces îles abritent de nombreuses variétés de tortues de mer, notamment la tortue verte, une espèce menacée, ainsi que des crocodiles et une myriade de raies et de requins, dont le requin gris de récif et le requin-marteau. La région est également fréquentée par des dauphins, des lamantins d'Afrique de l’Ouest et, bien entendu, les rares et célèbres hippopotames d'eau salée.

Magnétisme animal

La tortue caouanne utilise probablement les champs magnétiques de la terre pour se déplacer, depuis bien plus longtemps que les navigateurs. Après avoir passé une grande partie de sa vie adulte seule et en mer, la femelle retourne à terre uniquement pour pondre ses œufs. Bien qu’il ne s’agisse que d’une théorie, les biologistes marins pensent qu’elle utilise la magnétite, un oxyde de fer présent dans son cerveau, pour naviguer dans le champ magnétique terrestre et retourner précisément sur la plage sur laquelle elle a éclos de nombreuses années auparavant.

Fascinantes pirouettes

Surprendre une baleine à bosse en train de remonter à la surface est l’un des spectacles les plus éblouissants qui soient. Le Cap-Vert est l’un des rares sites de reproduction connus de l’Atlantique Nord pour cette espèce menacée. Il n’est pas inhabituel d’observer leurs incroyables acrobaties alors qu’elles propulsent leur corps massif hors de l’eau et frappent la surface avec leurs nageoires ou leur queue. Communication, navigation, contrôle des parasites ou simple divertissement ? Si la fonction de ce spectacle reste un mystère, il n’en est pas moins impressionnant.

Poids lourd

Même si nous nous représentons l’hippopotame comme un animal aquatique, sa masse énorme et ses os denses en font un nageur bien démuni en eaux profondes. Il est donc habituellement relégué aux réseaux fluviaux d’eau douce peu profonds. Les hippopotames des Bijagos ont pourtant surmonté cette faiblesse en colonisant les lagons d’eau salée et les marais intertidaux des îles. Ils passent leur journée à barboter dans cet environnement marin, profitant des avantages de l’eau salée sans risque de noyade.

Autres articles

q2 exp 2500x764 b2c landingpage 2

Abonnez-vous à notre newsletter

Soyez les premiers informés de nos offres spéciales et nouveaux itinéraires et recevez des articles fascinants sur nos destinations.

Oui, je m’abonne