Une société

La faune au Groenland

La côte libre de glace du Groenland compte divers mammifères et oiseaux qui peuplent les mers, les fjords et les zones protégées. Une expérience unique pour les amoureux de la nature.

Lecture de 4 min


Un écosystème arctique

Avec moins de 60 000 personnes occupant une superficie de plus de 2 166 000 km², une énorme majorité du Groenland demeure intacte et sauvage. Malgré une latitude très nordique, une faune variée parvient à prospérer dans les fjords profonds, sur les îles isolées et le long des rivages paisibles du pays. L’île dans son ensemble constitue en effet un vaste et fragile écosystème interconnecté où prospère une délicate biodiversité.

Quatre cinquièmes environ de la superficie du Groenland étant couverts d’une couche de glace inhospitalière, la plupart des animaux sauvages évoluent sur la périphérie non glacée du pays, qui représente globalement un territoire équivalent à l’Allemagne. Les eaux côtières poissonneuses créent les conditions idéales pour les animaux dépendants du littoral tels que les phoques et les oiseaux, qui constituent à leur tour des proies pour les prédateurs comme les ours polaires et les renards arctiques.

Sang chaud dans un climat froid

Les étés courts et les longs hivers du Groenland représentent un défi pour la survie des animaux à sang chaud. Toutefois, neuf espèces de mammifères indigènes ont réussi à s’adapter à cet environnement hostile. Ces mammifères revêtent tous un épais manteau de fourrure pour s’isoler du froid et trois espèces, l’ours polaire, le lièvre arctique et le renard arctique, arborent une robe blanche pour se camoufler sur la neige.

Fourrure transparente

Bien qu’ils soient classés parmi les mammifères marins, les ours polaires ne sont pas, comme on pourrait le croire, une espèce tout à fait unique. Il s’agit en fait d’une espèce cousine de l’ours brun qui a évolué pour vivre au nord du Cercle Arctique. Ces créatures à sang chaud retiennent la chaleur grâce à une combinaison de graisse corporelle dense et de fourrure transparente composée de poils creux qui emprisonnent l’air et reflètent la lumière. Étonnamment, leur peau sous toute cette fourrure est noire, ce qui leur permet d’absorber plus efficacement les rayons du soleil.

L’un des mammifères le plus souvent observés est le bœuf musqué, bien qu’il reste à bonne distance des villages. Il est plus rare d’apercevoir des lemmings, des rennes, des hermines, des loups arctiques, des gloutons et des ours polaires. En effet, ces animaux à sang chaud vivent tous dans des zones isolées. Les chiens du Groenland domestiqués, omniprésents autour de certains villages, ne sont en réalité pas des animaux indigènes puisqu’ils descendent des huskies de Sibérie.

Plus chaud que la laine

À première vue, on pourrait penser que le bœuf musqué est un type de bison, mais en réalité, il est plus proche de la chèvre. Cela pourrait expliquer pourquoi la fourrure de leur bas-ventre est si prisée et considérée comme la forme de laine la plus chaude et la plus douce au monde. Le Quiviut, comme l’appellent les Groenlandais, provient traditionnellement de la mue des bœufs musqués sauvages. La fibre est récoltée chaque printemps et filée pour réaliser des chapeaux et des écharpes.

Vie marine et côtière

Alors que nous longerons le littoral intact du Groenland, nous chercherons les animaux qui peuplent les mers et les rivages. En effet, 16 espèces de cétacés ont été enregistrées dans ces eaux côtières, dont les baleines à bosse et les petits rorquals, tandis qu’on aperçoit parfois des marsouins et des dauphins en train de se nourrir dans les eaux riches qui bordent les fjords. La baie de Disko est l’un des meilleurs endroits pour observer les baleines.

Il existe en outre une faune aviaire très diversifiée avec près de 230 espèces observées, soit qui vivent toute l’année au Groenland soit qui viennent pendant la période de migration, dont plusieurs oiseaux de proie. Sur les côtes, vous pourriez voir des labbes, des fulmars boréaux et des goélands bourgmestres, tandis que, les bruants lapons et les bruants des neiges se reproduisent sur la terre ferme.

Habitants des îles

Le bruant des neiges a cela de particulier qu’il est l’oiseau terrestre se reproduisant le plus au nord. Ces petits oiseaux chanteurs blancs arrivent dans le Haut-Arctique au printemps pour revendiquer leurs sites de nidification. Ces sites sont souvent situés sur des nunataks, ces protubérances rocheuses que l’on peut observer dans les champs de glace. Les bruants des neiges construisent leurs nids dans les fissures des rochers, en les isolant avec des plumes et de la fourrure, et sont l’une des rares espèces à habiter ces « îles » disséminées dans le paysage.

Votre équipe d’expédition vous emmènera dans les endroits qui, selon son expérience, sont les meilleurs pour observer la faune, tandis que le centre scientifique dispose d’une mine d’informations sur la nature locale qui vous permettront de profiter pleinement de votre voyage au Groenland.

Autres articles

q2 exp 2500x764 b2c landingpage 2

Abonnez-vous à notre newsletter

Soyez les premiers informés de nos offres spéciales et nouveaux itinéraires et recevez des articles fascinants sur nos destinations.

Oui, je m’abonne